miranviz / Pixabay

Carnets de voyage en Asie, carnets de voyage trans-sibérien

trans-siberien

Voyageons au delà de Vierzon

Carnets de voyage en Asie

Voyage trans-sibérien Voici quelques souvenirs du voyage réalisé avec mon ami Stephan Heiss

Le 2 juillet  nous prenions l’avion pour Saint Petersbourg en Russie, et ensuite le trans-siberien jusqu’en Mongolie, en nous arretant quelques jours dans les grandes villes qui ponctuent le parcours (Moscou, Ekaterinbourg, Novossibirsk, Irkutsk, Ulan Ude) ainsi qu’a Oulan Bator, capitale de la Mongolie. Notre voyage s’est termine’ a Pekin le 31 juillet .

Arrivee a Saint Petersbourg

Atterrissage a Saint Saint-Pétersbourg ! L’aéroport, dès le premier coup d’œil, nous plonge dans l’ambiance soviétique, par son coté minimaliste et désuet. En premier lieu, nous nous insérons dans la longue queue d’attente pour le contrôle des passeports. La douanière est jolie mais néanmoins d’une dureté implacable. Elle contrôle scrupuleusement nos passeports. A Stephan, elle demande sa date de naissance à deux reprises : elle semble très étonnée, mais le laisse malgré tout entrer. A moi, elle demande ou sont mes lunettes, car sa photo date de l’époque ou j’en portais. Elle scanne les proportions de nos visages avec ses mains, pour s’assurer qu’il s’agit bien de nous.

Sous une chaleur de plomb, nous rejoignons la ville qui se trouve à 25 km. Le premier contact avec les rues russes est assez dépaysant : elles sont en mauvais état, les trottoirs sont défoncés, il n’y a pas de marquage au sol, il y a beaucoup de petites voitures qui doivent dater des années 50 (les célèbres Lada). Une épaisse fumée noire s’en échappe au démarrage, et à toutes les bruyantes accélérations. Lorsqu’une Lada a réussi à démarrer, le chauffeur fait tout pour ne jamais avoir besoin de la freiner. On a l’impression d’avoir devant nous un decor en couleur des années cinquante.

Arrivée à l’hôtel Oktobrskaya, situé au croisement de la célèbre Newsky prospekt et de l’avenue Ligovsky, près de la gare. Cinq hommes en noir, genre mafieux, attendent à l’entrée. Nous comprendrons ensuite qu’il s’agit des surveillants de l’entrée de l’hôtel. Accessoirement ce sont aussi des maquereaux. A la réception, nous payons 20 roubles pour l’enregistrement de nos visas et recevons nos clés. Nous nous installons dans notre chambre, qui est tout à fait correcte et confortable. Cependant, la chaleur y est étouffante, et il y a plein de moustiques. Le téléphone sonne à 22 heures. Stephan répond : une jeune femme dit « Sex service, I am a beautiful young russian girl. Should I come now ? ». Et Stephan de répondre : « No, bye bye Ciao. ». Ce « service » nous sera régulièrement propose’ dans les hôtels russes.

A 22h30, nous décidons de sortir pour localiser le métro et pour téléphoner à nos proches : en effet, les tarifs de l’hôtel semblent prohibitifs (6 $ la minute). Il fait encore très clair, car ce sont les « Nuits Blanches » : ici le ciel reste clair quasiment toute la nuit, du fait que nous sommes tres au Nord. Nous nous dirigeons vers la gare, et Stephan y achète une carte téléphonique. Il est presque minuit, et il y a beaucoup de policiers qui se promènent et qui contrôlent l’identité des gens. Une prison de fortune en face du kiosque abrite une minuscule cage dans laquelle se trouve un prévenu. Stephan essaye d’utiliser sa carte depuis un téléphone se trouvant à la sortie de la gare, mais sans succès. Un inconnu nous aborde, en parlant exclusivement en russe, et semble vouloir nous expliquer comment marche le téléphone. Il nous fait croire que seule sa carte fonctionne, et nous propose de nous louer sa carte pour qu’on puisse appeler en Suisse. Après moult discussions peu claires sur la valeur des cartes et sur les préfixes nécessaires, nous comprenons que pour 100 roubles il nous établissait la communication. Effectivement Stephan parvient a parler a ses parents pendant 7 secondes, et peut dire « Hello, tout va bien. » Cela lui coûtera 200 roubles, et l’inconnu voudra aussi récupérer notre carte, sous prétexte qu’elle ne nous sera d’aucune utilité. Alors que nous nous dirigeons vers l’hôtel pour oublier cette arnaque, une patrouille de trois policiers nous interpelle et demande à voir nos passeports : ils ont du trouver louches nos discussions près de la cabine téléphonique. Nous leur donnons nos photocopies de passeports, car l’hôtel à gardé les originaux. Ils veulent aussi autre chose mais nous ne comprenons pas tout de suite ce qu’ils veulent. Je me voyais déjà partir au commissariat ! Ils se mettent alors à nous fouiller et trouvent la carte d’enregistrement de l’hôtel, ce qui prouve que nous sommes des touristes et que nous sommes en règle. Ils nous demandent si on a de la Marijuana, et bien sur on répond « niet » ! Ils nous laissent alors rentrer à notre hôtel, ou nous nous dirigeons promptement avec la sensation d’avoir finalement eu de la chance ! Pour un premier jour, c’était un bon début.

st-petersbourg l’ermitage

Il y a tellement de choses a voir et a découvrir que 4 jours ne suffiront pas. Depuis la Neva, le fleuve qui traverse la ville, on a une belle vue sur l’Ermitage, le célèbre musée et aussi ancien palais, visite incontournable. Culturellement, Saint Saint-Pétersbourg est une ville extrêmement riche. Pour gagner un peu d’argent, des habitants parlant anglais se proposent de guider les touristes et les aider a obtenir des bons plans pas cher, car le prix des billets est généralement 10 fois plus élevé pour les touristes que pour les indigenes. C’est ainsi que nous rencontrons Alexandre, 45 ans : royaliste convaincu, il a étudié l’histoire, est allé plusieurs fois à Cuba et aimerait y vivre à cause du climat et du farniente. Il a une copine de vingt ans, fait du jogging, et est très sympathique. Il nous obtient des billets au tarif russe et nous demande expressément de ne pas parler lorsque nous présenterons nos billets a l’entrée, pour ne pas être démasqués.

Saint-Pétersbourg : la NevaAu bord de la Neva, les citadins profitent du beau temps pour se prélasser.

Des babouchkas chantent dans les sous-passages, pour gagner quelques roubles. L’air est fortement pollué. Les bus sont parfois sont entièrement dissimulés dans leurs propres gaz d’échappement.

Le métro

Heureusement il y a le métro. Nous découvrons un système très performant, agréable et économique. Les stations sont jolies et propres, bien plus qu’a Paris, mais elles sont très froides (tout en marbre). Une dame surveille les longs escalators, pour avertir les mécaniciens en cas de panne (elle remplace la vidéo surveillance).

La Fleche Rouge

Dernier jour a Saint Saint-Pétersbourg. Peu avant notre départ, dans le hall de l’hôtel, une demoiselle qui semble perdue me demande si je parle anglais, et ensuite me demande si je veux un « sex massage ». Je lui répond que malheureusement je suis sur le point de partir… Ensuite on prend nos bagages et on se dirige vers la gare, a 100 mètres de l’hôtel. On identifie rapidement le quai et nous montons dans la « Flèche Rouge », le train de nuit qui nous mènera à Moscou. Ce train est réputé pour être utilisé par des couples illégitimes, qui peuvent ainsi s’unir le temps d’un voyage en toute impunité.
Nous avons un compartiment en première classe : il n’y a que deux lits par compartiment, avec des jolis rideaux, des tasses et quelques snacks. Notre provodnitsa (hôtesse), très bien habillée, nous donne des draps et nous sert de l’eau chaude pour le café. A minuit, le train part et nous fermons notre porte. La nuit se passe sans problème : le train file rapidement et sûrement vers Moscou, mais nous n’arrivons pas vraiment à dormir car il y a souvent des arrêts.

Moscou

C’est d’ici que part le trans-sibérien. En attendant le départ, 3 jours plus tard, on visite cette grande ville très Européenne finalement. Moscou est une ville très propre, et l’air y est plus respirable qu’à Saint Saint-Pétersbourg. C’est une ville plus aérée, plus étalée aussi. Le centre est plutôt moderne, on ne se sent jamais perdus (sauf dans le métro, sans plan…), mais les grandes distances sont vite infranchissables à pied.
Le soir, nous mangeons une Salianka (soupe a la viande) derrière la Douma. Stephan boit un jus de baies des bois bien concentré : des petits morceaux se déposent au fond du verre. Le jour suivant, en lisant le « Moscow Times », Stephan apprend que des baies bleues et des « cranberries » en vente dans plusieurs marchés de Moscou ont été confisquées car gravement irradiées au Césium 137 (elles provenaient de la région de Tchernobyl). Stephan repense au jus de baies qu’il a bu le jour avant, et semble très préoccupé, mais il n’y a aucun moyen de savoir si ce jus était contaminé ou pas…

Depart en Trans-Siberien

Mercredi 11 juillet, nous mangeons notre premier Borsch (soupe aux betteraves). C’est une agréable surprise : il a un fort goût d’ail, avec aneth, oignons, tomate et pas de viande. A 16h, nous arrivons à la gare. Des policiers surveillent les gens qui accèdent au quai. Tous les autres passages sont russes. Nous suscitions donc une certaine curiosité, mais ils sont très discrets


_
Sans retard, le train part à petite vitesse et les faubourgs de Moscou se mettent à défiler à 50 km/h. Et puis c’est la forêt qui commence, principalement des bouleaux. Le voyage jusqu’à Ekaterinbourg doit durer environ 26 heures. Nous ne savions pas exactement quel serait le trajet, car il y a deux routes pour joindre Moscou a Ekaterinbourg : une au nord et une au sud. Finalement, c’est celle du sud que nous avons prise, qui passe par Kazan. On peut compter les kilomètres parcourus, grâce à des bornes se trouvant le long de la voie. C’est très utile pour savoir à peu près ou l’on est.
Derrière les arbres on devine parfois des petits villages, parfois des maisons isolées, ou des décharges, un étang, des chèvres et des vaches. Il y a beaucoup d’eau le long des voies, et le milieu semble parfois assez hostile : on ne pourrait pas faire dix mètres à pied si on devait descendre du train !
Une provodnitsa essaye de nous parler : après un certain temps, on comprend qu’elle veut nous louer les draps pour nos lits.
Les fenêtres ouvertes dans le couloir sont une bénédiction vu la chaleur qu’il fait. D’ailleurs il y a des gens qui restent devant ces fenêtres pendant des heures à regarder le paysage. Un monsieur qui a l’air sympa regarde par le fenêtre et nous appelle quand il y a quelque chose de beau à voir. Soudainement, on traverse un grand fleuve et, avec le coucher de soleil, c’est vraiment magnifique. Il faut toujours être prêts car une fois que c’est passé, c’est trop tard…
Les vibrations du train sont assez importantes, autant dans le sens de la marche que transversalement, et les à-coups empêchent Stephan d’écrire.
Dans le train, il y a heureusement une radio qui transmet un programme unique et qui permet de se distraire. Ils passent de la musique russe mais aussi occidentale (Abba, Adriano Celentano, …). On entent aussi la musique du film « Les compères » avec Pierre Richard, ainsi que celle d’un célèbre western américain.
Des femmes, courbées, cueillent des petites baies dans les bois de sapin et de bouleaux, à proximité d’une route.

  Dans chaque compartiment, il y a une théière et 4 tasses. On peut obtenir de l’eau très chaude auprès d’un samovar qui se trouve à une extrémité du wagon. Cela permet de faire des boissons chaudes ou des soupes. Une poubelle commune se trouve près des toilettes, qui sont correctes, mais souvent fermées. Il y a du savon mais pas de papier. Nous avons aussi droit à quelques sucreries et 4 sachets de thé. Nous découvrirons ensuite que tout cela est payant, si on se sert.
On se prépare du thé avec du lait condensé. Une dame passe régulièrement avec un petit panier pour vendre des biscuits, des yaourts et des cartes postales de Ekaterinbourg : c’est bien pratique. On achète des biscuits à l’orange et du chocolat au café.

la verrerie Vers 20h, on s’arrête dans une gare. Une centaine de vendeurs et de vendeuses sont sur le quai. Étrangement, ils vendent uniquement des objets en verre : des grands verres, des lustres, des lampes. Il faut croire qu’il y a une fabrique dans les parages. C’est absurde, car bien entendu personne n’achète rien : qui voudrait s’encombrer d’un tel objet dans un voyage en train ? Certains montent dans les wagons pour proposer leur marchandise. Ils courent de wagon en wagon, avec un ou deux lustres dans les mains, puis redescendent l’air un peu désespéré’.
Un quart d’heure plus tard, le train repart. Un homme nous dit le nom de la gare, en riant des vendeurs de lustres. A chaque arrêt de longue durée, comme celui-ci, le train est contrôlé par un cheminot et, parfois, la locomotive est remplacée.
En regardant par la fenêtre, on voit que le train suit une ligne parfaitement rectiligne, vers « l’infini ». En effet, il n’y a pas de barrage naturel majeur ici. Ekaterinbourg est à 1800 kilomètres environ. Le décor est composé de vastes plaines, sans relief.

wagon

A 20h30, la provodnitsa passe l’aspirateur dans le couloir du wagon et dans chaque compartiment. On dirait une sorte de rituel, qui se répète plusieurs fois pendant le voyage. Pour l’occasion, elle a mis un tablier. Nous levons les pieds pour qu’elle puisse aspirer les quelques miettes de notre repas.
La provodnitsa nous facture les produits que nous avons consommés (eau, sachets de thé et un biscuit). Le coucher de soleil est magnifique.
A 22h, on se couche sur les lits du haut. Cela semble être plus stratégique, mais en fait c’est assez dangereux car on peut tomber de haut. On utilise une ceinture pour s’accrocher, mais c’est très peu confortable. Dans la nuit, Stephan changera de lit en espérant pouvoir mieux dormir.
Il est difficile de dormir : des gens parlent parfois de façon animée dans le couloir, et le train s’arrête assez souvent.

Arrivée a Ekaterinbourg

Une fois l’Oural passe’, nous sommes officiellement en Asie. Apres 26 heures de voyage, nous arrivons a Ekaterinbourg vers 20 heures. Il y a un décalage horaire de deux heures par rapport à Moscou. Je mets à jour ma montre, alors que Stephan conservera l’heure de Moscou, ce qui est utile car les horaires des trains sont toujours donnés par rapport à cette heure, ce qui est source de confusion, et surement la meilleure façon de rater son train !
Une fois descendus du train, nous errons devant la gare à la recherche d’un moyen de transport public. Nous ne voulons pas prendre de taxi, et le quartier de la gare n’est pas très rassurant. On ne voit aucun touriste : c’est une ville très peu visitée (anciennement elle était même interdite aux étrangers). Nous sommes systématiquement scrutés par les indigènes, et parfois avec des regards qui nous semblent méchants. N’ayant rien compris au système de bus, on prend le métro qui heureusement va dans la bonne direction (l’hôtel se trouvant à l’autre extrémité de la ville). Malheureusement il n’y a que peu de stations, et celle près de notre hôtel est encore en construction). Nous faisons le dernier morceau à pied.

cheminéeA l’horizon, se profile une cheminée incroyablement haute, à la silhouette fine et originale. Elle semble ne servir plus à rien. J’adore cette construction. CA pourrait être la tour Eiffel d’Ekaterinbourg.
A l’hôtel, on nous prévient tout de suite qu’il n’y a pas d’eau chaude dans la ville, mais que l’hôtel possède une chambre ou l’eau est chauffée. Les clients peuvent en demander la clé, quand ils désirent prendre une douche chaude. C’est ce que nous faisons tout de suite, car le déplacement à pied nous a bien fait transpirer.
Dans la chambre, le billet officiel dit « Because of city administration décision, hot water is cut off all over the city, at 19th june. ». Ceci dans une ville de 1.4 millions d’habitants. Heureusement c’est l’été et il fait chaud, mais une douche froide n’est jamais très agréable.
Le jour suivant, on se promène dans le grand parc à coté de l’hôtel. Un ours est enfermé dans une cage (le cirque est juste à coté). Au retour, on passe devant un chantier routier. Ils goudronnent une route. En fait, ce sont des femmes qui font le travail le plus difficile sous une chaleur étouffante, alors que les hommes se contentent de conduire les machines pour aplatir le goudron qu’elles ont déposé.
Ekaterinbourg est la ville ou furent assassines les Romanoff. C’est aussi la ville de Boris Eltsine. C’est une jolie ville, mais il n’y a pas grand chose a faire apparemment. Il n’y a pas beaucoup d’animation pour les jeunes. Ils se regroupent dans les parcs publics. Ils sont sur les bancs et berges de la rivière, la plupart une bière à la main. Étonnement, nous n’avons encore vu personne jouer aux échecs ou boire de la vodka, à part nous.
_
_
Le jour suivant, on parcourt un petit marché ou l’on trouve des peintures, et des petites boites en bois, ainsi que des minéraux. Cela fera bien quelques souvenirs et quelques cadeaux. Un vendeur nous repère tout de suite, et nous demande si on est Américains. Apparemment, la rumeur qu’il y a deux étrangers dans le marché circule assez vite. Une dame m’explique longuement quelque chose en russe, mais je ne comprends pas grand chose évidemment. Je lui achète plusieurs jolies boîtes en bois. Aux pieds de la statue de Lénine, un groupe de manifestants communistes s’est rassemblé et distribue des tractes.
Samedi 14 juillet, on reprend le train pour une vingtaine d’heures, jusqu’à Novossibirsk, la capitale de la Sibérie. Nous ne nous arrêterons qu’un jour, pour se reposer. Il n’y a pas grand chose a voir de toute façon.

Mon capitaine !Lundi a 15h10 (heure de Moscou), le train quitte Novosibirsk. Notre compartiment est rempli de gosses. Un couple voyageant avec une petite fille, qui a remarqué que nous ne sommes que deux dans notre compartiment, vient nous demander si ils peuvent profiter des deux places libres. Après quelques hésitations on accepte, mais en fait ils veulent plus que ça. Puisqu’ils aimeraient être les trois dans le même compartiment, il faudrait que nous soyons séparés dans deux compartiments, ce que nous refusons pour des questions de sécurité. Ils comprennent très bien cela, et le monsieur viendra désormais discuter régulièrement avec nous. Il s’appelle Eugène et a 27 ans. Il a le physique d’un prof de gymnastique. Il se balade torse nu dans le wagon. En fait, il est capitaine dans l’armée russe, mais il ne nous en dira pas plus (c’est secret). Il habite à Tchita, et rentre de longues vacances passées à Rostov-on-Don, à l’ouest. Il est très sympa, et parle anglais aussi bien que nous parlons le russe… Cela est tout juste suffisant pour avoir une petite conversation.
Eugène vient enseigner quelques mots de russe a Stephan, avec le livre de son enfant. Rhinocéros. Coq. Barbie. Hérisson. Singe. Accordéon. Putois. Tout y passe, de A à Z. Il pleut depuis une heure. Nous nous couchons vers 22h car on doit se réveiller à 2h du matin pour descendre à … Irkoutsk.

Irkutsk et le lac Baikal

A 2h, la provodnitsa frappe à notre porte pour nous avertir que nous approchons de Irkoutsk. On passe le temps restant avec Eugène, puis on donne nos draps. On dit adieu a Eugene, qui descend sur le quai pour fumer une clope, et on rejoint notre hôtel.

Irkutsk et surement la ville la plus belle et la plus intéressante de Sibérie. Un grand fleuve la traverse, l’Angara.Beaucoup de maisons sont en bois, ca a beaucoup de charme. Les gens sont très mélanges, beaucoup sont brides. On commence vraiment a se sentir en Asie. Il fait très chaud.

Le poisson fumé du lac Baïkal

Le fameux lac Baikal, l’un des plus grands au monde, est accessible depuis Irkutsk. Sur le port de Lystvianka, des marchands vendent principalement du poisson séché et des souvenirs pour touristes. C’est très hétéroclite. Une vieille femme vend du poisson séché dans un antique pousse-pousse. Des gens improvisent un repas à base de poisson sur le capot de leur voiture. Une femme et un homme quadragénaires chantent et jouent doucement de la guitare. On dirait des enseignants moscovites (c’est une impression de Stephan !). Au loin, on distingue l’autre rive du lac.

vue du lac baikal

On suit un petit chemin de 2 kilomètres qui permet d’atteindre un sommet. D’ici, nous avons une magnifique vue sur le Baikal et sur l’Angara.

baikal sacre

Plusieurs arbres sont décorés avec des morceaux de tissu multicolores. Il s’agit d’un symbole bouriate pour indiquer que le lieu est sacré (souvent les sommets). De retour à Lystvianka pour prendre un bus, on remarque un mariage. La mariée, seule, habillée de blanc survétue de rose est sur le quai, devant le lac. Elle se dirige vers la berge et elle pleure, on ne sait pas pourquoi. Son amie la console, et elle va tâter l’eau du lac. Visiblement, elle boude. Elle se rend ensuite dans la voiture, et y reste jusqu’à notre départ. Sur le capot arrière de la voiture, le mari et les témoins ont étendu une nappe et servi des verres de vodka.
Jeudi 19 juillet. notre voyage continue en train vers Ulan Ude, une petite ville situee a l’est du lac Baikal, plus très loin de la Mongolie.

Ulan Ude

Arrivée à Ulan Ude, vers 5h du matin. Il fait encore sombre, mais le jour ne va pas tarder à se lever. Sur le quai, quatre camions surveillés par des hommes encagoulés avec mitraillettes attendent devant les deux wagons de tête.

  Nous rejoignons notre hotel, en passant par la place principale ou trône la tête énorme de Lenine.

On decide de visiter le monastère bouddhiste d’Ivolginsk, a 30 kilometres de la ville. Pour s’y rendre on trouve un petit bus, mais il est déjà plein. Quelques personnes sont debout. Cela signifie qu’on fera le voyage debout aussi, pendant 30 kilomètres. Pour nous, c’est assez difficile car on doit plier le cou ou les genoux, car le plafond est trop bas. Pourtant, le pire est à venir ! A l’arrêt suivant, trois personnes entrent encore dans le bus. On doit se serrer. Ensuite, une babouchka entre et ne veut pas payer le prix entier du billet. Une longue engueulade s’ensuit entre elle et le chauffeur, qui arrête le moteur et ne veut plus partir. On attend plusieurs minutes. Le chauffeur ouvre la porte pour inciter la dame à descendre mais celle-ci refuse. Finalement, après quelques plaintes des passagers, elle se décide à payer et le bus repart. A l’arrêt suivant, au moins 10 personnes montent encore dans le bus, on ne sait pas comment. On se retrouve complètement bloqués dans des postures insupportables, c’est même dangereux. Heureusement on peut encore voir le paysage défiler. Le monastère apparaît enfin au loin : c’est le seul objet qui brille dans cette campagne.

Entree dans ulanude

On visite le monastère pour un prix très modique, mais on peut faire des dons. Il y a des gens qui sont venus de très loin pour visiter ce monastère, le plus important en Russie. Tout au long de la visite, on doit faire tourner (dans le bon sens !) des moulins à prière de toutes dimensions et de toutes formes et couleurs. Le temple principal est joli, rempli de bouddhas et une photo du Dalai-Lama. Nous croisons quelques jeunes moines, habillés avec leur caractéristique tissu rouge pourpre.
Une fois sortis du monastère, un cavalier avec son chien s’approche de nous : il est bouriate. On voit que c’est un paysan. Il s’appelle Igor et nous serre la main. On lui offre des abricots secs. On essaye de communiquer un peu, et on lui donne 20 roubles qu’il nous a demandés. Il a l’air content et repart au galop, après nous avoir chaleureusement serré la main.
Notre dernier jour a Ulan Ude, on visite le musée Ethnographique en plein air, bien qu’il soit ferme’ ce jour-la. Nous rejoignons la gare pour prendre le train trans-mongolien qui se dirige vers Oulan-Bator, capitale de la Mongolie.

Passage de la frontiere Russo-Mongole

Nous attendons le train. Il fait beau. Un aigle survole la gare. A cote de moi, un monsieur assis parterre attend aussi le train. Sur son dos, il a un « sac » en bois léger.

Le train arrive à 16h00, voie 1. Scénario comique : le train n’est pas encore arrêté que les passagers (des mongols ?) sortent de leurs valises toutes sortes de vêtements et les proposent par la fenêtre aux gens qui se trouvent sur le quai. Apparemment les affaires vont bon train.
C’est haut en couleurs. Il s’agit d’un train qui ne passe que deux fois par semaine. A bord, nous rencontrons deux touristes allemands quinquagénaires. Lui est sorti du wagon avec un essuie-vitre pour nettoyer sa vitre du dehors. Elle, elle prend des photos. Il parait qu’elle a eu des diarrhées pendant tout le voyage, d’après son mari. Tous les autres passagers du wagon sont asiatiques. mais il y a d’autres touristes dans le train. On remarque tout de suite une étrange agitation dans le wagon. Un grand nombre de mongols déplacent de grandes quantités de marchandises dans le wagon, de cabine en cabine : sacs de farine, bouteilles, cigarettes, liasses de dollars, … On ne comprend pas bien ce qu’ils font. Trois mongols sont assis sur un sac en jute, pour essayer de le fermer. Une mongole tape du pied sur un autre sac, pour essayer de le rendre plus compact : un petit nuage de farine s’en échappe. En jetant un coup d’œil discret dans leurs compartiments, on constate qu’ils se trouvent au milieu de tonnes de marchandises. Il s’agit de marchands qui passent la frontière, plus ou moins illégalement. Les provodnik semblent être dans le coup, car ils ne disent rien et même mettent à disposition un tapis dans le couloir pour protéger celui original, qui ne doit pas être abîmé. Ils ont dû être payés pour cela. Les marchands éparpillent leurs marchandises dans tout le wagon. Nous les gênons quand nous restons dans le couloir, car leur passage est incessant, et avec de gros sacs.
Cette fois nous avons droit à un provodnik d’âge mur, et à une provodnitsa. Les deux semblent être plus professionnels que les précédents. Apparemment, c’est un train « sensible ». Il est aussi plus fréquenté par les touristes que ceux pris jusqu’à présent. Le provodnik est très discret et effacé, mais contrôle d’un rapide coup d’œil tout se qui se passe dans chaque compartiment.

 

Une fois le train parti, on peut apprécier le beau paysage : jolies collines parsemées de groupes de sapins. On voit beaucoup de villages en bois. Rapidement ça devient rocailleux et pointu : on s’approche rapidement de la Mongolie. On est dans une plaine le long d’une rivière. Ensuite nous longeons le lac Gosinoe, très long. Nous apercevons deux grosses cheminées hideuses.
Les mongols, tels des fourmis, continuent leur va-et-vient. En allant aux toilettes, Stephan voit qu’ils mettent des marchandises sous les sièges. La grosse dame allemande gène le passage dans le couloir.
Nous arrivons enfin a Naoushki, le poste frontière russe. Il est environ 21h. L’ambiance est froide. Le silence remplace le brouhaha que l’on avait entendu jusqu’à présent. Les gens se renferment dans leurs compartiments, en attendant. Sur le quai, il y a quelques militaires et des douaniers. Constatant qu’il ne se passe rien, quelques passagers descendent et vont visiter la gare. Ensuite, des douaniers montent dans le train et jettent un coup d’œil superficiel, aidés par une lampe de poche. On nous donne les feuilles pour la déclaration de sortie de douane. Ensuite, deux douanières passent et réclament nos passeports. Elles les mettent dans un affreux sac et s’en vont.
Peu après, le train repart en arrière, sur un kilomètre, laissant quelques touristes inquiets derrière lui. Quelques-un essaient de remonter dans le train en marche. Une fois arrêté, plusieurs chocs en avant et en arrière, pendant de longues minutes : vraisemblablement on change la locomotive (diesel maintenant). Une cheminot vérifie l’état du train.

Le silence est mortel. Tous les compartiments sont fermés. On entend uniquement les craquements des cloisons. Le train rejoint alors à nouveau le quai. Les mongols reviennent avec des oeufs qu’ils viennent probablement d’acheter (bien 200 oeufs par personne). Les touristes allemands remontent aussi dans le train. J’aimerais bien changer mes derniers roubles, je descends et vais voir dans la gare, mais il n’y a strictement rien. De toute façon il est tard, déjà 23h.
Il ne se passe toujours rien. Dehors, des militaires font la garde, et une voix stridente parle dans le haut-parleur, mais on ne comprend rien. Nous entendons les douaniers qui arrivent, disant « Zrasvouitie » (Bonjour) dans chaque compartiment.
Quelques minutes avant que les douaniers n’arrivent, je réalise que peut-être les contre-bandiers ont caché des marchandises dans notre compartiment. On vérifie rapidement, mais on ne trouve rien sous les sièges (ou pourtant se trouve une grosse caisse vide).
Un douanier prend nos déclarations de sortie. Il ne dit rien et s’en va. Ensuite, deux douanières arrivent et crient « GO OUT ! ». On sort du compartiment, et la plus jeune (genre femme de guerre, en tenue de combat) fouille en 15 secondes le compartiment, et ne trouve rien. Elle a regardé sous le tapis, sous les couchettes et en-haut, là ou se trouvent nos bagages.
A 23h20, on nous rend les passeports avec un tampon sur notre visa. La partie amovible du visa a été retirée.
Pour fêter ça, on se sert un café, mais on constate que l’eau du samovar n’est pas assez chaude (il doit s’éteindre quand le train est arrêté). Ca fait maintenant 3 heures qu’on attend.
A minuit, il pleut. Une voiture passe. Le haut-parleur annonce _ Astarojna… » (Attention…), et enfin le train se met en marche tout doucement. Immédiatement, les mongols reprennent leur activité : ils vont et viennent avec leur marchandise, en faisant probablement le travail à l’envers cette fois. La machine semble bien huilée.
Le train fait de brèves pauses. Stephan mange une pomme. Je me couche, mais a 0h30 on ouvre la porte : c’est la distribution des feuilles pour la déclaration de douane mongole.
A 1h15, arrivée à Soukhé Baatar, poste de frontière mongole. On doit remplir un formulaire d’entrée. Dix minutes plus tard, ils récoltent les feuilles de déclaration. Le douanier nous dit « Welcome to Mongolia. »
Ensuite contrôle du passeport par une douanière mongole, jolie et sévère, drôlement bien habillée, impressionnante. On n’entend désormais parler plus que mongol. Les gens se « réveillent », il est 1h50.
A 2h30, toutes les douanières et les douaniers sont sur le quai. Le train part. En tout, il aura fallu plus de 5 heures pour traverser les deux douanes, proches de 20 kilomètres.
Nous pensions arriver à Ulan Bator en début d’après-midi, d’après les informations de l’agence. Pourtant, vers 8h, un mongol ouvre la porte et nous dit que nous arrivons dans 5 minutes, alors que nous étions encore en train de dormir. C’est un peu la panique… Il nous presse à fond. Heureusement le touriste allemand vient nous expliquer qu’il a eu droit au même traitement : le mongol veut juste nous faire sortir de notre compartiment pour qu’il puisse récupérer toutes ses marchandises qu’il y a cachées ! En effet, une fois que nos sacs sont terminés, le mongol nous fait sortir et s’enferme dans le compartiment, alors que nous voyons les premiers signes de Ulan Bator. Cinq minutes plus tard, il ressort avec deux sacs pleins de marchandises cachées dans les sièges… Cela était amusant mais un peu préoccupant aussi. Heureusement nous avions passé la douane sans nous douter de rien et, de toute façon, les douaniers devaient être aussi corrompus (ou alors aveugles).

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.